La Symbolique des Couleurs - Frédéric Portal

Parution : 22/03/2003
Editeur : PARDES
ISBN : 2-86714-177-X
EAN13 : 9782867141775
Format : 16 cm x 24 cm
Nb pages : 126
Des couleurs symboliques dans l'Antiquité, le Moyen-Age et les Temps Modernes, 2ème édition
L'histoire des couleurs symboliques, encore ignorée, et dont je n'offre que quelques fragments, servira peut-être à déchiffrer les hiéroglyphes de l'Egypte, et à dévoiler une partie des mystères de l'Antiquité, je ne me flatte pas d'avoir atteint le but dans ces recherches, ma seule ambition a été de fixer l'attention des savants sur le point le plus négligé et l'un des plus curieux de l'archéologie.
Les couleurs eurent la même signification chez tous les peuples de la haute Antiquité, cette conformité indique une commune origine qui se rattache au berceau de l'humanité, et trouve sa plus haute énergie dans la religion de la Perse, le dualisme de la lumière et des ténèbres offre, en effet, les deux types des couleurs qui devinrent les symboles des deux principes bienfaisant et malfaisant. Les Anciens n'admettaient que deux couleurs primitives, le blanc et le noir, dont toutes les autres dérivaient, de même les divinités du paganisme étaient des émanations du bon et du mauvais principe.
La langue des couleurs, intimement unie à la religion, passe dans l'Inde, en Chine, en Egypte, en Grèce, à Rome, elle reparaît dans le Moyen Age, et les vitraux des cathédrales gothiques trouvent leur explication dans les livres zends, les Védas et les peintures des temples égyptiens. ,L'identité des symboles suppose l'identité des croyances primitives, à mesure qu'une religion s'éloigne de son principe, se dégrade et se matérialise, elle oublie la signification des couleurs, et cette langue mystérieuse reparaît vivante avec la vérité religieuse.
Plus on s'élève vers l'origine des religions, et plus la vérité apparaît dépouillée de l'alliage impur des superstitions humaines, elle brille du plus vif éclat dans l'Iran, patrie des premiers hommes.