Histoire, Rituels et Tuilleur des Hauts Grades Maçonniques - Paul Naudon

Parution : 25/01/2003
Editeur : DERVY
ISBN : 2-84454-197-6
EAN13 : 9782844541970
Format : 14 cm x 22 cm
Nb pages : 510
Chevalier Rose-Croix, Chevalier Kadosch, Grand pontife de la Jérusalem Céleste, Sublime prince du Royal Secret, Souverain Grand Inspecteur Général 33e et dernier degré..., titres entre bien d'autres qui ont fait sourire les uns, intrigué les autres, donné lieu parfois à des affabulations de mélodrames ou qui ont été présentés par des adversaires comme des masques, dont se couvrent, dans leurs machinations et leurs complots, les chefs qui, retranchés dans les arrière-loges, dirigent tout l'Ordre de la Franc-maçonnerie.
Comment croire que ces rôles si divers aient pu être joués par des hommes tels le prince Cambacérès, le duc Decazes, le duc de Choiseul, l'académicien Viennet, le Garde des Sceaux Crémieux, pour ne citer que quelques-uns de ceux qui furent en France à la tête du Rite Ecossais Ancien et Accepté ? Comment expliquer pourquoi ce Rite, un des plus répandus de la Franc-maçonnerie, puisse être l'héritier des plus antiques initiations et intéresser encore par sa vivante actualité tel Chef d'État ou tel cosmonaute célèbre ? Paul Naudon, en d'autres ouvrages, a situé la Franc-maçonnerie des trois premiers grades symboliques, héritière des anciens constructeurs de cathédrales, par ses origines et par sa tradition, comme grand courant de la pensée.
Dans le présent livre, appuyé par une documentation importante en partie inédite, il montre comment le Rite Ecossais Ancien et Accepté, celui des Hauts Grades, dont chacun est étudié, s'intègre aux sources et aux objectifs spirituels de l'Ordre par la réalisation de sa double devise : Deus Meumque Jus - Ordo Ab Chao. Là pourtant est le danger : voir dans l'Ordre et dans son idéal, non pas ceux de la tradition, mais ceux conçus et imposés par la hiérarchie autocratique qui règne au sommet du Suprême Conseil.
L'exemple français est frappant. Aussi, les causes et les suites de la scission en 1964 du Suprême Conseil de France sont-elles relatées dans le détail par Paul Naudon. Dernier acteur vivant de l'ensemble de ces événements, qui ont commencé sous l'Occupation, son témoignage sur les faits et sur les hommes, qu'il connut et côtoya dans de multiples circonstances, est celui d'un observateur de premier ordre n'ayant d'autre souci que l'impartialité et la vérité pour la défense et l'illustration des Hauts Grades authentiques.