Le Pélerin sur l'échelle - Henri Welsh

Ouvrage indisponible

Parution : octobre 2007
Editeur : Ivoire-Clair
ISBN : 2913882439
EAN13 : 9782913882430
Format : 15 cm x 21 cm
Nb pages : 264

Réflexions méditatives sur l'échelle mystérieuse.
Notre société contemporaine progresse chaque jour, et devrait de ce fait, apporter aux Occidentaux que nous sommes une qualité de vie exceptionnelle. Au lieu de cela, et paradoxalement, un mal-être s'est installé, générant des angoisses de toutes sortes avec, de surcroît, une perte des valeurs, reconnue de façon unanime.
Devant ce constat, ces quelques pages souhaitent faire prendre conscience au lecteur qu'un voyage est à sa disposition, de façon permanente : un voyage à l'intérieur de lui-même, en quête de Silence, source de toute révélation. S'il pratique une religion, il l'abordera désormais sous un autre angle. S'il n'est adepte d'aucune, il pourra commencer à gravir une Echelle symbolique, à la recherche de ce qui est commun à l'un et à l'autre : la science de l'Esprit.
Cette science de l'Esprit, est le moteur d'une nouvelle Spiritualité qui fera de lui un pèlerin en même temps qu'un Chevalier de son âme. Il entreprendra une patiente et incessante remise en question de son être, au travers d'une méthode de travail graduée appelée Rite. Celui-ci est le Rite Ecossais Ancien et Accepté, le plus pratiqué dans le monde par tous les êtres engagés dans cette voie. Ce Rite est l'apanage de la Franc-Maçonnerie. Sans nier l'existence en son sein d'individus malfaisants, il convient une bonne fois pour toutes de rétablir dans l'esprit de tous ce qu'est exactement la Maçonnerie depuis sa naissance : un Ordre Initiatique Traditionnel dont le principal langage est le symbole.
Espérons que ces modestes pages de réflexions méditatives serviront d'antivirus puissant à ce qui a servi de dérives à une vocation première. Souhaitons en même temps qu'elles contribuent à orienter le cherchant vers son centre intime, en lui montrant tout ce à quoi il peut prétendre, au travers d'un symbole spécifique : l'Echelle mystérieuse. Ce sera virtuel dans un premier temps. Il ne tient qu'à lui d'espérer avoir un jour ce bonheur de la réalité.

Extrait du livre :
I - Aperçu général.
Le Rite Ecossais Ancien et Accepté a été étudié par plusieurs auteurs, depuis quelques années déjà, et pour la plupart, de façon très compétente et très documentée. Ces auteurs sérieux ont su démêler un écheveau assez compliqué quant à ses origines, à son élaboration, ses interférences, ses transformations au fil du temps, et sa composition définitive en trente trois degrés. Tout ce remarquable historique est inscrit dans plusieurs volumes, édités dans le temps, et il serait malvenu de citer certains auteurs au profit ou au détriment d'autres, connus ou inconnus, ce qui serait dommageable pour tout le monde. Ce sera à chaque lecteur, intéressé par cet aspect des choses, qu'il appartiendra, si ce n'est déjà fait, de choisir le ou les livres qui lui paraîtront les plus conformes et les plus objectifs à l'idée qu'il pourrait s'en faire, nonobstant certains événements historiques incontournables.
Néanmoins, le fait de s'arrêter un instant sur la globalité du Rite nous semble nécessaire pour tenter de justifier, en bout de course - en supposant que ce soit une course (synonyme de course en montagne et non de précipitation) et qu'il y ait un bout - l'apparition de cette Échelle mystérieuse.
Les trois premiers degrés, Apprenti, Compagnon et Maître, sont le dénominateur commun de tous les Rites maçonniques, indifféremment. Pour l'anecdote, nous avons eu la surprise de découvrir quelque part que, au début du Christianisme primitif, les catéchumènes n'étaient pas les candides adultes que l'on a voulu nous faire croire pendant des siècles, mais un grade d'une secte initiatique, assimilé à ce que peut être celui de Compagnon de nos jours. (Cette information nous étant revenue en mémoire, il nous a été impossible d'en retrouver la source). A noter que ces sectes d'antan n'avaient rien à voir de près ou de loin avec celles que nous connaissons actuellement. Si ces dernières peuvent être assimilées à des prises d'otages à buts lucratifs, celles de l'antiquité étaient vraiment des sociétés initiatiques se réclamant du secret le plus absolu. Parenthèse fermée, mais information intéressante, si elle s'avère exacte !