Les Rose-Croix dans l'oeuvre de René Guénon - Jean Tourniac

Epuisé
Parution : 10/01/2011
Editeur : Dervy
ISBN : 978-2-84454-646-3
EAN13 : 9782844546463
Nb pages : 120
L’intérêt de ce texte est double : d’une part, Jean Tourniac rassemble d’une manière synthétique et ordonnée, des éléments épars dans l’oeuvre de Guénon, d’autre part c’est l’occasion de tenter de rétablir la vérité sur les Rose-Croix, thème ayant suscité une littérature nombreuse où trop souvent hélas un folklore aguicheur côtoie la pire escroquerie intellectuelle pouvant même entrainer de véritables catastrophes comme le montre l’actualité récente de certaines sectes.
Au cours de son oeuvre, René Guénon n’aborde qu’incidemment l’histoire légendaire des Rose Croix, il attache en effet beaucoup plus d’importance à leur symbolisme et à sa signification doctrinale dans le domaine de la réalisation de l’être. Il ne néglige cependant pas, lorsque l’occasion s’en présente, de fournir toutes précisions utiles sur des points d’histoire lui permettant, en particulier, de distinguer l’authentique de l’imaginaire, la rectitude des déviations.
Guénon relie le courant Rose-Croix à l’hermétisme, véhiculé, semble-t-il en Occident, par la Chevalerie de Terre sainte et par les Fidèles d’Amour. Il décèle également, dans cette tradition rosicrucienne authentique, une veine ésotérique qui prend sa source symbolique, dans les récits et dans la geste du Saint Graal. Il établit en outre un rapprochement entre ce qu’implique l’état de Rose Croix et la fonction dévolue aux Gardiens de la Terre sainte dont on sait qu’ils assuraient la garde du centre et qu’ils auraient été représentés, en particulier à Jérusalem, par les Templiers.
Or, pour remplir le rôle qui leur était assigné à l’égard de leur propre tradition, ils devaient être capable de communiquer avec les représentants des autres traditions, ce que l’on a appelé symboliquement le don des langues dont Guénon fait justement une des caractéristiques essentielles du charisme rosicrucien. Grâce à l’étude de Jean Tourniac, nous voyons se résoudre le problème de origines dans la pensée de Guénon : contact entre initiés musulmans et chrétiens en Terre sainte, Massénie du Saint Graal, Gardiens de la Terre sainte, Fidèles d’Amour.
On découvre, un lien entre ces organisations ou initiations, toutes héritières de l’Ordre du Temple et, pour la plupart rattachées à lui par une filiation plus ou moins directe. Et ce sont les Rose- Croix qui inspirèrent ces organisations sans jamais se constituer eux-mêmes en aucun groupement.