La Franc-maçonnerie à Bourg-en-Bresse au XVIIIé siècle - Christian Buiron

Parution : avril 2014
Editeur : M&G
Format : 22 cm x 16 cm
Nb pages : 320
Des élus & des vrais amis
Les premiers Francs-Maçons se réunissent (peut-être dès 1759) au sein de la Loge de Saint-Jean Des Élus en 1768. La Loge vit paisiblement lorsqu’en juillet 1774, un groupe de Frères quitte la Loge, laissant les autres dans un abattement qui laissait présager l’extinction de la Loge. Ce grave problème interne fut surmonté, peut-être avec l’intervention de Lalande, même si quatre ans plus tard dans une correspondance de 1778, il est fait état d’une Loge nouvellement établie à Bourg en Bresse par le Directoire Écossais de Lyon.

Biographie

Christian Buiron Humaniste, défenseur et propagateur de la liberté de conscience, Franc-Maçon, membre du Grand Orient de France depuis 1976, Christian Buiron a toujours été un homme libre, il a choisi dorénavant de consacrer son temps à la recherche et à l’écriture, notamment sur la Franc-Maçonnerie et sur Sébastien Castellion. Il se souviendra toujours de ces longues journées passées avec André Doré à la bibliothèque du Grand Orient de France et au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France en 1978, qui débutaient toujours par une promenade, au pas de course, entre la rue Cadet et la rue de Richelieu, malgré un demi-siècle de différence d’âge, le maître arrivait le premier, il cherchait inlassablement les fausses légendes, les demi-vérités, recopiées sans cesse, au mépris de toute vérité historique. C’est fort de son enseignement qu’il applique ce principe de chercheur : De plus en plus l’histoire se veut une science exacte, ce qui oblige à porter le doute sur toute affirmation qui ne s’appuie pas sur un document irréfutable et rigoureusement référencé. À défaut de cette précision il est impératif de rechercher la preuve de ce qui est avancé: la vérité, quelle qu’elle soit, ne souffre pas d’hypothèses, si plausibles qu’elles paraissent, et ce n’est pas avoir le fétichisme du document que de l’exiger avant d’affirmer.