Main basse sur la maison Cadet - Edouard Boeglin

Epuisé
Parution : 2004
Editeur : Cêtre
ISBN : 2-87823-138-4
EAN13 : 9782878231380
Format : 15 cm x 24 cm
Nb pages : 263
Dans le paysage maçonnique international, le Grand Orient de France, principale obédience française et la plus importante d’Europe continentale est auréolé d’un passé prestigieux.
Une Histoire qui n’est pas que légendaire, lui attribue la paternité de la devise de la République, d’une République une et indivisible dont les francs-maçons du GODF ont été par le passé parmi les artisans les plus décidés, remettant sans cesse en chantier des réformes révolutionnaires ouvrant la voie au progrès social, moral et intellectuel.
La pesanteur de son appareil administratif, l’inadaptation de ses structures à l’importance de ses effectifs (45 000 membres), le poids déterminant des loges parisiennes transforment le pôle de la liberté absolue de conscience en ultime bastion du centralisme bureaucratique.L’incapacité (ou le refus) « d’assimiler les graves problèmes du devenir de l’humanité et à apporter des solutions concrètes », l’absence de projet collectif, philosophique et politique, clairement défini et affirmé, ne sont pas l’effet du hasard. Le déclin des idéologies, la perte du sens des mots, une tendance générale au consumérisme laissent la part belle aux adeptes d’une Maçonnerie dogmatique et avide de mystères ésotériques.
Trop important pour que les deux principales formations politiques du pays UMP et PS s’en désintéressent, le Grand Orient est par ailleurs l’objet d’attentions soutenues des puissants de l’heure et de ceux qui aspirent à les remplacer.
Ce livre propose notamment d’analyser les raisons de l’incapacité actuelle de la Maison Cadet à dépasser le stade de l’incantation obsessionnelle sur la fraternité. Et les répercussions fâcheuses de cette impuissance sur la franc-maçonnerie en France et de manière plus générale sur la société française.

Biographie
Edouard Boeglin, journaliste. a été vingt années durant, Secrétaire général de rédaction dans un grand quotidien régional. Entré au Grand Orient de France en 1972, il a été élu au Conseil de l’Ordre du GODF à deux reprises. Au cours de son premier mandat (1996-1999), il a présidé le directoire des Editions Maçonniques de France. Au cours du second (2000-2003). en sa qualité de Grand maître adjoint, il a eu eu charge le secteur « Edition, Information, Communication ». C’est dire qu ‘il a été des années durant au coeur du dispositif de la Maison Cadet.
Tamit par son activité professionnelle que par son engagemnent maçonnique, il a eu l’occasion de rencontrer quelque quinze Grands maîtres du Grand Orient, de travailler avec certains d’entre eux et de s’opposer à d’autres. Spectateur engagé, il a pu constater combien les convictions personnelles des Grands maîtres pouvaient influer sur le positionnement politique du Grand Orient de France. Maçon conséquent, il estime nécessaire une véritable révolution culturelle de l'obédience, seule alternative à un long mais inexorable déclin. Il dirige actuellement l‘Institut Rhénan d’Etudes et de Recherches Maçonniques (IRDERM).