Le Temple de Prométhée - Marc Viellard

Epuisé
Parution : 02/11/2006
Editeur : Dervy
ISBN : 2844544649
EAN13 : 9782844544643
Format : 12,5 cm x 19 cm
Nb pages : 176

La Franc-maçonnerie fait l'objet de nombreux fantasmes. Régulièrement, sont dénoncés les prétendus «réseaux maçonniques», leur penchant pour l'affairisme et l'influence néfaste qu'ils exerceraient sur le milieu politique... Au-delà de la simple topographie électorale, entre Droite et Gauche, «faire de la politique» pour les francs-maçons, c'est avant tout promouvoir et défendre des «valeurs» communes, qui n'appartiennent à aucun parti, à aucun drapeau, mais qui ont une évidente vocation à l'universalisme. Il ne s'agit pas seulement de démocratie mais, selon l'auteur, de la République qui, elle, suppose un idéal de liberté de pensée, d'égalité des citoyens, de solidarité organisée, c'est-à-dire une volonté de «mieux-vivre ensemble» : une ambition d'amélioration de l'Homme et de la société. En ce sens, la Franc-maçonnerie a, indéniablement, par ses débats et les préoccupations qui animent ses membres, une dimension politique, que Marc Viellard resitue, loin de: polémiques journalistiques, historiquement et par rapport aux valeurs que proclame la Franc-maçonnerie.

Biographie
Marc Viellard est journaliste et romancier. Il est le rédacteur en chef de la revue Humanisme.

Préface
Extrait de la préface de Michel Charasse, Sénateur du Puy-de-Dôme : C'est avec une certaine fierté que j'ai accepté la proposition de Marc Viellard de préfacer son Temple de Prométhée. Car, après tout, et même si je compte dans les rangs des loges maçonniques beaucoup d'amis souvent très proches, et dont je partage souvent les analyses, je suis un «profane». J'espère que ses frères ne tiendront pas rigueur à l'auteur d'avoir choisi quelqu'un qui n'est pas «du Temple». Je me suis plongé avec délectation dans l'écriture de Marc Viellard car c'est presque une entreprise au «Karcher» qu'il conduit d'un bout à l'autre de son ouvrage. Il fait d'abord litière de tout ce qui entretient une sorte de fantasme autour de la franc-maçonnerie. Fantasme qui conduit, la grande presse en particulier, à qualifier de «maçons» beaucoup qui n'en sont pas, en cernant le tout de commentaires plus ou moins aimables et souvent très sots. On comprend, à la lecture, qu'il n'y a vraiment pas lieu de se méfier des sociétés de pensées labellisées «maçonnes» : elles ne regroupent que des hommes et des femmes qui ressemblent à tout le monde, et qui réfléchissent à des sujets fondamentaux et à des questions essentielles auxquelles on ne pense pas tous les jours, qui peuvent avoir plusieurs réponses ou qui, parfois, n'en ont pas du tout pour le moment. Les maçons ont beaucoup souffert, dans leur longue histoire, de ce fantasme et des excitations les plus diverses qui l'ont entouré. Ce climat vient du fameux «secret» de la maçonnerie, qui a conduit le Pape à la condamner, ce qui n'a pas empêché nombre de dignitaires de l'Église de France d'adhérer avec les hommes des Lumières à la maçonnerie avant la Révolution française. Et c'est encore le secret qui a conduit Vichy et les Nazis à prononcer la même condamnation, comme si la discrétion n'est pas toujours la règle de base de beaucoup d'associations, partis politiques, syndicats et autres entreprises privées en concurrence. Au fil des siècles, la maçonnerie a été constamment la cible de la pensée unique du moment, sans parler des amalgames avec des groupes humains stupidement associés à la maçonnerie : ainsi du «complot judéo maçonnique» avant et pendant la guerre. Marc Viellard explique avec clarté comment est née voici bien longtemps et d'où est partie la franc-maçonnerie.